Quelques nouvelles d’Emmaüs -Gironde, pôle enfance

0
203

Quelques nouvelles du pole enfance Emmaüs: certainement incomplètes,, mais le principal y est. Vous avez été informés de l’action menée par les salariés du Home de Mazères le 26 septembre dernier: 40 salaries de Mazères  sur 60 (certains étaient à leur poste)  et une salariée de Langoiran( il n’y a plus beaucoup d’anciens)ont loué un bus et sont venus au Conseil Départemental sans y être invités . Une délégation a été reçue. Pour ceux qui ne sont pas au courant vous trouverez en pj le tract et ci dessous le courrier envoyé aux conseillers départementaux et information à la Préfète.


Par la suite la vice présidente Protection Enfance Mme Ajon a reçu le 18 octobre une délégation de salariés accompagnés de l’intersyndicale cgt-sud. Nous devions avoir cette rencontre mi -juin!!!! Pour rappel à cette époque l’employeur était viré du CA de Emmaüs -Aquitaine(qui ne concerne que les compagnons) mais restait à la manœuvre  d’Emmaüs gironde et donc des sites protection de l’enfance.La Préfète lançait 2 enquêtes financières par la DGCS et la DGFI (pas de retour pour le moment,)et le CD envoyait un administrateur à Langoiran dont les missions ne sont toujours  pas  clairement définies mais en gros pour redresser la situation semble-t-il. Pour Mazères ça va venir…..


audience du 18 octobre ,


Le 18.10.19 au Département de la gironde, la délégation était composée de 3 salarié.e.s(dont 2 CGT et 1SUD )et 1 salarié Cadre du home de Mazères, 1 du foyer Gardera (langoiran CGT), 1 représentant Commission Action Sociale CGT-33.

nous avons été reçus par Mme Ajon, l’adjointe de cabinet de M. Gleize, l’adjoint du DGS de l’ASE et 2 responsables gestionnaires du Département.

Mme Ajon bidouille d’emblée en essayant d’esquiver ce que CGT, sud et les salarié.e.s sont en attente de réponses quant au contrôle en place à Langoiran (administrateur) et dévie sur l’écoute des doléances des salarié.e.s suite à la mobilisation de la totalité des salarié.e.s de Mazères le 26.9 dernier.

la CGT et sud replacent le débat sur les actes du CD attendus depuis mai.

et bien rien de plus que l’administrateur placé à Langoiran qui rendra ses conclusions le 15 janvier 2020; donc le message unique sera wait and see…, besoin de preuves pour dénoncer l’habilitation Emmaüs enfance dans le cadre juridique, patati patata…

Cette audience permettra de confirmer que cet administrateur est empêché par Emmaüs d’accéder aux documents financiers, et que Mme Ajon en a été informée directement.

Cet administrateur a aussi pour mission de relancer le projet éducatif et manager les équipes. selon Mme Ajon cette action amène de l’apaisement mais la salariée présente confirme qu’en parallèle la direction enfance Emmaüs continue de menacer les salarié.e.s qui dénoncent les dysfonctionnement au sein de l’établissement à l’administrateur.

les salarié.e.s de Mazères dénonceront les multiples dysfonctionnements quotidiens et tous liés à la gestion de l’argent. ils donneront un second dossier documenté sur les non paiements d’Emmaüs qui entravent les prises en charge des mineurs; des photos attestant de la vétusté de matériels divers, des bâtiments, et dénonceront l’investissement non fait en 2018 alors qu’il était budgété à cette fin et validé par l’ASE.

Enfin, ils informeront que Mme mohamed, directrice générale du pôle enfance, déclare en réunion institutionnelle qu’Emmaüs centralise sa trésorerie et  pratique la cavalerie entre ses structures enfance. les salarié.e.s dénoncent aussi que, même si l’établissement de Martillac est fermé et n’est plus conventionné par l’ASE, que des salariés seraient payés par la cavalerie de trésorerie, soit avec l’argent de l’ASE malgré le déconventionnement.

Mme Ajon ne pourra que relever ces 2 points illégaux (cavalerie et argent ASE détourné sur Martillac) et annonce un contrôle plus immédiat(encore..?). elle annonce aussi des travaux d’entretiens sur le home dont les murs appartiennent à l’ASE.

En fin d’entretien, les salariés de Mazères et de Langoiran ainsi que CGT et sud persistent sur la nécessité d’un changement de gouvernance sur l’ensemble du pôle enfance Emmaüs. évidement nous avons insisté pour une nouvelle rencontre à réception du rapport de l’administrateur ASE (janvier 2020). FIN

Depuis les salariés de  Mazères réfléchissent à l’envoi  d’une lettre  signée par la majorité cadres compris pour demander à ne plus être sous la gouvernance d’Emmaüs. Enfin ,en aout dernier la directrice d’un autre pôle (Urgence Sociale) était nommé Représentante Syndicale par la CFDT .Cette nomination a été refusée par M. Lafargue au motif qu’elle était directrice.Elle n’a par ailleurs aucune délégation d’employeur. Décision de justice qui confirme la nomination :M.Lafargue informe par note de service qu’elle ne peut plus être directrice.
La CGT a négocié la mise en place du CSE,ce qui veut dire que les élections approchent … Le 7 novembre, réunion des syndiqués à l’UL de Langon .

En complément de ce point de situation, voici le contenu du courrier adressé à Mme la préfète et aux élus du Conseil Départemental par la CGT :

Madame la Préfète,


Pour votre information ,nous souhaitons vous faire parvenir copie du courrier ci- dessous que nous avons fait parvenir à l’ensemble des élu-e-s du Conseil Départemental de la Gironde,ainsi que le tract que nous venons d’éditer en raison des événements graves touchant les enfants et les salarié-e-s  des foyer du Home de  Mazères et du foyer du Gardera gérés par Emmaus -Gironde. Nous avons bien conscience  que la Protection de l’Enfance n’est pas de votre compétence,mais nous pensons qu’il est nécessaire que ces faits soient portés à votre connaissance.Certains acteurs du monde associatif et des personnes ayant à faire à notre secteur ont peine à croire de la véracité de ces faits. Nous tenons à préciser ainsi que cela est écrit dans le tract en p.j.que  les salariés ont apporté à Monsieur le Directeur Général des Services du Conseil Départemental  des éléments de preuves tout à fait vérifiables. 

Nous vous prions de croire, Madame La Préfète ,à l’expression de nos respectueuses salutations

 A l’attention de mesdames et messieurs les élu-e-s du Conseil Départemental

Le  jeudi 26 septembre 2019

Quarante salarié-e-s du Foyer d’Enfants Home de Mazères, géré par  Mr Lafargue, Président d’Emmaus-

Gironde, se sont invités au Conseil Départemental pour obtenir des réponses immédiates à l’urgence de leur situation.

En effet, depuis plusieurs mois, les fournisseurs du Home de Mazères interpellent les salariés sur un risque de blocage dû à des impayés nombreux et anciens.

Le 31 juillet 2019, la CGT avait déjà alerté le CD sur ces faits et risques qui se reproduisent et s’aggravent dernièrement.

Ce jour, 26 septembre, une délégation de salariés accompagnés de la CGT, a été reçue par Monsieur Holfer-Aubrac, le Directeur Général des Services et Mrception le Directeur Adjoint Chargé de la Solidarité, qui ont écoutés attentivement ce qui suit et qui a été appuyé par un dossier de lettre de relance et des témoignages de salariés bloqués en caisse avec des bons de commande refusés…

   -“aujourd’hui, nombre de fournisseurs ont annoncé l’arrêt de leur “collaboration” avec le Home de Mazères, ne se satisfaisant plus des promesses de régularisation non tenues.

Cela concerne l’alimentation (grande surface), le fournisseur d’essence, le traiteur, le boulanger… d’autres factures sont toujours impayées: cantines scolaires, soins, colonies de vacances, loyers….ceci affecte aussi le Foyer Gardera de Langoiran.

Donc, à partir d’aujourd’hui ou demain, ou des jours qui suivent, comment va-t-on faire face aux besoins des enfants; à tous leurs besoins ???

De plus, nous ne comprenons pas, qu’en continuant à fonctionner en sur-effectif d’enfants, l’excédent financier généré, ne soit pas disponible…” 

NON, ce ne sont pas, comme le dit l’employeur, des “frondeurs minoritaires” ou “d’anciens salariés de mauvaise foi” qui s’expriment, mais des personnels qui veulent, coûte que coûte, apporter aux enfants, la sécurité éducative, matérielle, (y compris dans le soin et l’alimentation) à laquelle ils ont droit : cela s’appelle la Protection de l’Enfance.

Précisons que le motif de cette mobilisation, jamais vue en terme d’ampleur, de spontanéité, de détermination et de responsabilité, n’a concerné uniquement que les besoins des enfants… Faut il rappeler que les salariés qui vivent cette situation en souffrent ?

Mr Lafargue, sollicité pour cette réunion n’est pas venu. La Directrice Générale du Pole Enfance Emmaus n’est pas venue non plus: victime d’une crevaison sur la route.

M. Holfer-Aubrac l’a donc accueillie après notre départ et devait recevoir son engagement pour que les problèmes d’approvisionnement aient une réponse immédiate au regard de l’urgence.

Devons nous attendre?

Depuis plus d’un an, nous dénonçons opacité financière, management incohérent et brutal, licenciements, inaptitudes au travail, arrêts-maladies, démissions significatives et préjudiciables.

Il y a quelques temps, un élu départemental a indiqué que le CD n’a pas à intervenir dans le fonctionnement  interne d’une Association de droit privé…

Certes

Mais l’argent public alloué par le CD à Emmaus-Gironde, pour la mission de Protection de l’Enfance, ne doit il pas être soumis à contrôle ? 

et quand il y a contrôle, à quoi cela sert-il, alors ?????

                                                                                                CGT ACTION SOCIALE 33